Let’s go green

title

Let’s go green

short_title

image

vignette

date

13/02/2019

introduction

Découvrez les conseils du Welcome City Lab et des startups de Paris&Co pour voyager "vert"!

description

« Il est impératif de contribuer à une prise de conscience généralisée et faire évoluer les pratiques des uns comme des autres, car le tourisme de demain sera durable ou ne sera pas. » Lauriane Gouhier, chargé de partenariats et communication pour l’ATES (Association du Tourisme Equitable et Solidaire).

 

Le tourisme durable – Kesako ?

Selon l’organisation mondiale du tourisme (UNWTO), le tourisme doit assurer, depuis quelques années, la protection culturelle et environnementale. 2017 - année internationale du tourisme durable - a permis à l’ensemble de l’écosystème de cerner au mieux cette tendance touristique en plein développement. La définition de cette notion a été largement inspirée de la première Ministre norvégienne, Mme. Gro Harlem Brundtland, qui décrit le développement durable comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. ». Tourisme vert, écotourisme… tous ces facettes qui découlent du tourisme durable connaissent une évolution sans précédent et surtout chez les Millenials, soucieux de servir la planète et ses populations.

Travellers want to travel with a clear conscience.”, Responsible tourism and the market in 2019 by the World Travel Market (WTM)

Le site coup de cœur du Welcome City Lab

Slow Tourisme Lab, incubateur dédié au slow tourisme et tourisme durable, et sa plateforme “Connect” pour créer les collaborations de demain.

Aujourd’hui, un grand nombre de particuliers se sentent concernés et veulent agir. C’est aussi le cas pour les professionnels du tourisme qui réalisent l’impact de cette tendance sur leur marché ! Dans une enquête, réalisée par Booking.com en Août dernier, nous constatons que 86% des voyageurs (sur les 21 500 participants interrogés) sont disposés à prendre des responsabilités face à leur impact environnemental. Cela passe par des activités touristiques capables de compenser les effets négatifs du tourisme comme débarrasser les plages du plastique et des déchets pour 37% d’entre eux. L’écosystème touristique est donc contraint de s’adapter !

Vous voulez participer à cette dynamique et faire un pas de plus pour notre environnement ? Vous voulez commencer à faire la différence ? Plusieurs experts du secteur du tourisme et du développement durable nous ont fait part de leurs points de vue et recommandations dont le but est de vous éclairer et vous permettre, petit à petit, de “voyager-vert”.

 

Le tourisme durable, un long périple…

Hébergements, transports, activités ; le tourisme impacte !

Le saviez-vous ?

C’est lors du décollage et de l'atterrissage que l’avion consomme et pollue le plus! “On a presque le même impact carbone sur un vol d’1h que sur un vol de 7h.

Marion Martinez, fondatrice de www.etunjourundeclic.com

L’offre touristique est aujourd’hui majoritairement accessible via la réservation en ligne. Cette tendance a donné naissance à de nombreux intermédiaires qui dominent mondialement le secteur et ce, principalement dans l’hébergement. Quand nous souhaitons nous déplacer (pour un voyage d’affaires ou de loisirs) et réserver un logement, le premier réflexe reste Google et ses adwords, les plateformes d’avis telles que Booking, Expedia, Tripadvisor et, plus récemment, Airbnb pour une réservation de particulier à particulier. Les petits hébergeurs, généralement locaux, n’ayant pas accès à ces intermédiaires sont donc laissés en marge. Il faut savoir y remédier et redonner au tourisme un caractère authentique.

Idem pour les problématiques liées aux offres de transport. Limiter le mauvais impact de nos déplacements est devenu une priorité avec l’explosion du surtourisme. Bien que l’avion soit inévitable dans certaines situations, les individus ont un rôle à jouer et notamment sur les “déplacements de courte distance” pendant leur voyage.

La logique est la même pour l’ensemble des activités touristiques. Aucun geste du quotidien n’est laissé pour compte quand il s’agit d’innovation durable et de green tech. Ces technologies ont une utilisation destinée à atténuer ou à inverser les effets de l’activité humaine sur l’environnement.

S’adonner au tourisme durable peut donc être une tâche fastidieuse et les adeptes vous diront qu’il n’est pas facile de savoir comment et par où commencer. Nombres incalculables de labels, choix dans les offres durables et écologiques ; la liste est longue et l’organisation rendue compliquée !

Comment les particuliers peuvent-ils participer à cette dynamique de “tourisme-vert” ? Ou du moins réduire leur impact économique, environnemental et social durant leurs déplacements ? Quels acteurs (hébergements, transports, activités) et labels privilégier ?

 

Here is the key!

Hébergements et transports ; des solutions clés en main !

 

Si vous vous sentez concernés par cette revue, le premier pas est franchi. Il est primordial de prendre conscience que le tourisme durable représente l’offre de demain.

En termes d’hébergements, une alternative aux pratiques des intermédiaires sur la réservation en ligne existe. L’objectif, ici, est de redonner de la visibilité aux petits hébergeurs mais aussi aux offres de logement plus écologiques dont peuvent bénéficier les clients. Fair Booking est un outil de recherche et de sélection qui permet la mise en relation entre l’hébergeur et le client afin de rétablir un contact humain direct. Les offres sont majoritairement classées “écoresponsables” et peuvent vous permettre de ne plus utiliser les géants d’Internet comme seule solution à la réservation d’hébergement.

L’hôtellerie connaît un progrès fulgurant avec des solutions comme Book on Google, Booking Basics ou encore BTU Protocol qui utilise la blockchain pour détrôner les grands intermédiaires. Cet acteur a créé le premier protocole de réservation offrant un avantage client clair (le meilleur prix et une récompense en cryptos BTU) ainsi qu’une rémunération plus juste des fournisseurs via leur technologie. Sur ce postulat, « le retour aux sources va être de plus en plus tendance et le contact humain n’a certainement pas dit son dernier mot » d’après selon Jolanda van den Bergh, animatrice développement chez Fair Booking. L’expérience est mise en valeur depuis un certain temps et place le touriste au centre du processus.

Le site coup de cœur de Marion :

L’Atelier Bucolique, plateforme d’astuces pour voyager responsable. Un de plus à visiter, sans modération.

https://atelierbucolique.com

« Tout se partage : jardin, piscine, terrasse ; nous ne sommes pas au bout de nos surprises ! »

De nombreuses startups, inscrites dans une logique de développement durable et d’économie collaborative, propose des initiatives en termes de location. Le format Airbnb tend à se décupler et nous pouvons, dès aujourd’hui, louer des espaces extérieurs de particulier à particulier. C’est le pari que s’est lancé la startup LOUER DEHORS incubée chez Immobilier de demain (Ville durable de Paris&Co) afin de profiter de notre environnement extérieur sans endommager les espaces verts publics et protégés - victimes du tourisme de masse. Tout se partage : jardin, piscine, terrasse ; nous ne sommes pas au bout de nos surprises !

Les problématiques liées aux transports sont, elles aussi, bien réelles : consommation d’énergie, pollution, problèmes techniques, surpopulation ; la liste est longue et s'agrandit lorsque nous partons en vacances ! A prendre en compte : les bagages, le budget (parfois limité), les enfants, la sécurité… Là encore, de très beaux projets - priorisant la mobilité raisonnée de demain - peuvent également transformer vos déplacements d’affaires et de loisirs.

Les solutions transports apportées par les startups de l’incubateur le Rolling Lab (Ville durable) et le Welcome City Lab de Paris&Co :

- Conduire économique et écologique pour les vacances avec WE NOW

- Opter pour le co-trainage avec ALLONS BON TRAIN

- Louer une voiture aménagée pour partir en vacances avec WHEELIZ

- Louer une moto électrique en Ouganda avec ZEMBO

-Se déplacer en vélo-cargo dans le cadre d’un road trip avec K-RYOLE

- Se déplacer en vélo solaire avec ROOL-IN 

 

Zoom on : Les acteurs et labels à privilégier

Tout est réservé ? Voici la prochaine étape !

 

Marion Martinez, également chargée de développement chez le Label LUCIE - label de RSE de référence -, nous a éclairé sur la contribution citoyenne au tourisme durable. Selon elle, “tout le monde peut agir à son échelle pour lutter contre les problèmes liés au réchauffement climatique, injustices sociales et problèmes environnementaux… même pendant ses vacances !”.

Une fois l’hébergement et les transports réservés, nous devons nous pencher sur les activités touristiques disponibles et les multiples temps-libres à combler. Il va de soi que le tourisme naturel et d’observation est de loin le plus respectueux et le plus « vert » de tous. Une simple balade autour d’un lac, en montagne, sur la plage peut vous permettre de profiter de vos vacances tout en ayant un impact « 0 » sur votre environnement. Pour les autres activités (culturels, de divertissement et sportives), le reflexe doit être de vérifier les prestataires selon des critères « éco-responsable », « solidaire » et « vert » fournis par des labels. 

Aujourd’hui, plus d’une trentaine de labels permettent de répertorier le tourisme durable. Afin de ne pas se noyer dans le flux d’information ; voici la sélection du Welcome City Lab des 3 labels sur lesquels se fier. Ces derniers encadrent, également, l'ensemble des pratiques du tourisme durable.

« Le tourisme durable est une nouvelle façon de concevoir le tourisme et ses finalités. »

Le label du tourisme responsable créé par l’ATR, première association des acteurs du voyage responsable. Ce dernier a pour avantage d’être généraliste et décliné en 16 critères avec comme axes prioritaires : la transparence client, la prestation partenaire ainsi que la cohérence équipe.

Le label équitable et solidaire développé par l’ATES (Association du Tourisme Equitable et Solidaire) avec qui nous avons collaboré sur cet article. A travers ce dernier, le réseau améliore l’information du voyageur mais aussi la transparence nécessaire à un tourisme plus responsable. L’ATES vise à devenir le porte-parole France et à l’étranger de cette nouvelle tendance auprès des institutions et du public via un site de référence sur plus de 59 pays.

Le secteur du tourisme connaît de fortes critiques, notamment le tourisme de masse et les effets néfastes qu’on lui connaît. L’ATES, à travers ses actions et les offres de ses membres, permet de montrer qu’un autre tourisme est possible. “Le tourisme durable est une nouvelle façon de concevoir le tourisme et ses finalités. Ce dernier peut donc, et doit, être un levier d’amplification des impacts positifs dans les territoires d'accueil.” Caroline Mignon (Directrice de l’ATES).

Le label “La clef verte” de RSE, engagé par Teragir, est spécialisé dans la restauration responsable. Ce gage de qualité internationale permet à l’ensemble de l’écosystème touristique (hôtellerie et restauration) d’être accompagné sur leur gestion environnementale, leur RSE ainsi que leurs objectifs en termes d’alimentation.

Ces labels, dont le rôle est de recenser et classer les acteurs touristiques aux bonnes pratiques, vous donneront une liste objective et sélective des offres à privilégier pour vos prochains déplacements. Pour une liste complète, nous vous conseillons de faire un tour sur le site de l’association ATD (Acteurs du Tourisme Durable).

 

Le mot de la fin

 

L’année internationale du tourisme durable pour le développement (2017) a débouché sur une feuille de route pour 2030 avec comme principal objectif d’étendre les engagements sur l’ensemble du secteur touristique. Selon l’UNWTO, il est désormais crucial d’assurer la durabilité du tourisme durable et que ce dernier soit viable économiquement, accepté culturellement et pratique universellement.

Le monde est magnifique et déborde de paysages plus époustouflants les uns que les autres. Une bonne raison pour le protéger. Être en vacances, c’est profiter, relâcher la pression. Mais ce n’est pas une raison pour avoir un impact négatif sur la planète pour autant, en laissant tomber ses bonnes habitudes.” (Marion Martinez).

 

Pour en savoir plus sur le tourisme durable et les enjeux de ce secteur, le Welcome City Lab vous invite à vous procurer le Cahier des Tendances #2 et son dossier spécial « Fairtrade » téléchargeable ici.

 

Bonne lecture !

media

page

metas

Let’s go green